Journal d'un futur chien guide

Belem à l'école

[/pb_text][/pb_column][/pb_row]

Belem et Stéphane

Le 13 août , j'ai fait ma rentrée à l'école.

Ne croyez pas que j'étais triste de quitter ma famille d'accueil! A l'école, c'est cool: il y a des copains pour jouer et puis, les éducateurs nous font faire des exercices. Pas le temps de s'ennuyer!

Comme les "grands" j'ai changé de costume de travail et enfilé le harnais. Regardez comme j'ai fière allure!Les trois week-ends suivants je suis retourné dans ma famille d'accueil. J'étais également content de la revoir!

J'ai profité des week-ends pour me reposer et dormir... Ma famille d'accueil est fière de moi car elle est convaincue que je vais devenir un excellent chien guide d'aveugle et un adorable compagnon pour mon futur maître.

Maîtresse, je te remercie pour ta patience et tes calins. Je ne t'oublirai jamais, nous avons partagé tant de choses ensemble.

Les premiers mois

Au cours des détentes dans le bois et des jeux qu'il me proposait, mon éducateur, Stéphane, a pu se rendre compte de ce que je savais déjà faire. Petit à petit il rajoute des exercices pour que j'apprenne de nouvelles choses.

Le rappel : La détente (ou si vous préférez la promenade dans le bois) c'est un moment super. J'y vais avec les autres chiens dont s'occupe Stéphane et parfois aussi avec d'autres éducateurs et leurs chiens. Nous sommes tous lâchés, quelle joyeuse pagaille! Quand Stéphane siffle je dois revenir tout de suite au pied. Ce n'est pas facile car souvent les autres continuent de s'amuser. Mais lorsque j'ai obéi j'ai une petite récompense ou une grosse caresse et je sais que je les retrouverai plus tard.
J'apprend aussi à bien me positionner, assis, toujours à gauche et contre mon maître. Si je reste à distance devant lui, il ne pourra pas savoir que je suis là...

Rapporter un objet :

 J'aime bien courir derrière le jouet que me lance Stéphane, j'ai déjà appris à rapporter mais maintenant il faut que je le lui donne bien dans la main et que je le lâche lorsqu'il me le demande.

Encore un exercice important pour mon futur " métier ". Si je pose le jouet par terre devant mon maître il ne le trouvera pas et on m'a bien expliqué que la position à quatre pattes m'est réservée. Je pourrai ainsi jouer avec lui mais aussi rapporter des objets qu'il aura égaré ou fait tomber.

Stéphane lance
Belem l a rapporté il est félicité

Les positions : Assis, couché, debout. J'ai déjà appris tous ces mots avec ma famille d'accueil, je connais aussi un peu les gestes associés à la voix. Stéphane me fait travailler aussi sans la voix, uniquement avec les gestes, et plus difficile: à distance. Je dois obéir " au doigt et à la voix " et cela m'oblige à être toujours attentif à ce qu'il fait. Je pourrai ainsi plus facilement communiquer avec lui lorsque je le guiderai et qu'il y aura un obstacle sur le trajet.

signe assis
signe couché
signe reste

La marche au pied : En laisse, je marche à côté de Stéphane, toujours du côté gauche, sans tirer et je fais attention aux changements de direction et de rythme.

Quand je partirai avec mon maître pendant le week-end avant la remise ce sera plus agréable pour lui.

Je marche aussi au pied sans laisse pour rester auprès de mon maître même en liberté. En détente il peut y avoir des endroits où il ne voudra pas que j'aille. Une belle mare boueuse par exemple ou un endroit très sale

marche au pieds

"Reste" et" ta place" : Il s'agit de rester au même endroit indiqué par Stéphane malgré tout un tas de distractions (mes copains qui passent ou qui jouent devant moi, des oiseaux et même un chat!). Au début Stéphane est tout près puis il s'éloigne et peut même disparaître. Pas question d'en profiter, il reviendra!

Belem est à sa place
reste! Stéphane tire sur la laisse mais Belem ne bouge pas

Plus tard il faudra que je sois très patient en présence de mon maître comme en son absence. Pour une réunion je pourrai rester à côté de lui mais dans d'autres circonstances il faudra que je reste seul quelques instants.

Le caniveau : En ville je dois faire mes besoins dans le caniveau. Le plus souvent c'est Stéphane me le propose mais si j'ai un besoin urgent je sais le lui faire comprendre.

Quoiqu'il en soit pas question de s'y précipiter cela pourrait être dangereux, j'attends donc au bord du trottoir l'autorisation de descendre sur la route.

Belem est assis devant le caniveau

 Pas question non plus de lever la patte, les passants risqueraient de ne pas apprécier...

Belem fait ses besoins dans le caniveau

Mes études

Je commence à apprendre à guider

Les lignes : C'est le mot qui indique les bandes blanches des passages piétons. Je le connais déjà puisqu'avec ma famille j'ai appris à m'asseoir au bord du trottoir devant " les lignes ".

Maintenant je porte le harnais et il faut que j'emmène Stéphane jusqu'aux lignes, que je m'arrête sans qu'il me le demande et que j'attende qu'il décide du moment opportun pour traverser et m'indique la direction à suivre.

Une traversée de route...

En arrivant au carrefour Stéphane me demande "les lignes à droite" ou "les lignes à gauche" ou "les lignes devant" et c'est à moi de l'emmener en face du bon passage. Je m'assoie au bord du trottoir et j'attends son ordre pour traverser. S'il y a une voiture garée (bien que ce soit interdit cela arrive assez souvent!) il faudra que je la contourne et qu'ensuite je retourne sur les lignes pour bien les suivre jusqu'au trottoir d'en face. Ce n'est pas si simple avec les traversées avec les "lignes" décalées, les couloirs de bus à contre sens, le tram au milieu, etc...

  • belem01.jpg
  • belem02.jpg
  • belem03.jpg
  • belem04.jpg
  • belem05.jpg

Les recherches :

C'est comme un jeu par contre ce n'est plus un jouet qu'il faut chercher mais un lieu.

Pour "le siège" je pose ma tête à l'endroit où Stéphane pourra s'asseoir. De cette façon il saura exactement où se situe la place libre. Pas question de poser la tête sur les genoux de quelqu'un pour demander une caresse même si c'est bien tentant...

Je suis aussi capable d'emmener Stéphane à un arrêt de bus: le "poteau" ou "le siège" s'il s'agit d'un abris bus.

Nous partons souvent en ville dans des lieux toujours différents.

Belem indique le siège

Les obstacles : Je dois faire éviter à mon maître tout ce qui risque de le faire tomber ou de le blesser s'il se cogne dessus. Dans une ville il y a beaucoup d'obstacles: des objets comme des poubelles et les panneaux publicitaires déposés sur les trottoirs, les feux de signalisations, les tables chaises et parasols devant les cafés mais aussi les vélos et motos qui se garent n'importe où, etc... Il y a aussi les passants qui ne regardent pas toujours où ils vont...  

Au début Stéphane m'a fait travailler sur la piste de l'école. Elle est amusante cette piste, pleine de tuyaux, panneaux en hauteur et trous au sol, car elle change tout le temps. Chaque jour le parcours est différent ce qui m'oblige à réfléchir et à envisager de nouvelles solutions. C'est pour éviter le conditionnement. En effet si le parcours était toujours le même après plusieurs passages je pourrais le faire "les yeux fermés".
Ensuite Stéphane a emmené ces obstacles avec lesquels j'ai appris à l'extérieur, devant l'école puis sur les trottoirs en ville.

Belem assis devant la porte fermée

Maintenant lorsque je rencontre un obstacle naturel je sais comment faire:
- Si je peux le lui faire éviter je le contourne sans m'arrêter.
- Si le passage est complètement bouché ou si j'estime qu'il est trop étroit pour nous deux je le "marque" en m'asseyant ou en me couchant.
Stéphane va identifier l'obstacle avec sa main ou son pied et suivant le cas il me demandera de le franchir ("va") ou de faire "demi-tour" pour chercher un autre chemin. Pour lui faire faire demi-tour je tourne toujours à droite pour passer devant lui car si je tournai à gauche en étant par exemple devant la bordure du trottoir il risquerait de tomber sur la route.

Les obstacles au sol: Par exemple des tuyaux qu'il faudra que je les contourne par la gauche, par la droite ou que je passe au milieu. Il faut toujours que je pense à laisser suffisamment de place pour mon maître lorsque je contourne un obstacle par la droite. S'il n'y a pas de passage je me couche. Lorsque Stéphane me dit "va" je me relève et je mets deux pattes de l'autre côté ensuite j'attends "va" pour passer les deux pattes arrière puis au troisième "va" je peux continuer mon chemin.

Le vide: Attention danger! Je me bloque, je me couche et je refuse d'obéir si mon maître me demande d'avancer. Imaginez ce qui pourrait arriver sur le quai d'une gare, ou lorsqu'il y a des travaux mal protégés.

belem se couche devant un trou

Les passages étroits: Dès que c'est moins large qu'une porte je dois le signaler. Lorsque c'est un peu juste, je ralenti et me décale un peu pour que nous puissions passer tous les deux. Si l'espace est insuffisant je dois contourner l'obstacle. Par exemple une voiture est garée sur le trottoir et nous ne pouvons pas passer entre le mur et elle: je conduis Stéphane devant le caniveau, je m'assoie et j'attends "va" pour descendre sur la chaussée, je contourne la voiture et reprend aussitôt le trottoir en lui indiquant bien sûr la bordure de trottoir puis nous poursuivons notre chemin. Vous comprenez bien que parfois il vaut mieux se serrer un peu et essayer de passer quand même plutôt que marcher sur la route...

Les obstacles en hauteur: Il y en a beaucoup comme les barrières à l'entrée des parc, les tables, les parasols, les échelles, les panneaux qui dépassent du mur,... sous lesquels je peux passer lorsque je suis seul. Avec Stéphane je dois faire très attention c'est pour cela que je dois marcher la tête bien haute et non pas le nez au sol.

Les personnes: Pas facile car ces "obstacles" bougent, changent brusquement de direction, s'arrêtent sans prévenir! Le pire ce sont les marchés car en plus ils ont des gros paquets qu'ils secouent dans tous les sens et pas question de se laisser distraire par toutes les bonnes odeurs et les diverses choses appétissantes tombées au sol. J'ai appris à changer de rythme de marche avec l'ordre "doucement". C'est très utile lorsqu'il y a beaucoup de monde mais aussi lorsque le sol est gelé.

obstacle en hauteur sur la piste de l

Les escaliers: La première marche d'un escalier est un obstacle donc je la marque en m'asseyant puis avec l'ordre "va" je pose mes 2 pattes sur la marche suivante et j'attends pour continuer à avancer que Stéphane ait posé son pied dessus. Je sais aussi faire la différence entre l'escalier qui monte ("l'escalier") et celui qui descend ("la descente") et je refuse de prendre un escalator dans le mauvais sens.

Les parcours : Stéphane me fixe un objectif par exemple "cherche le métro" et il faut que je l'y conduise sans le mettre en danger. Je fais ainsi beaucoup de parcours différents où les obstacles sont naturels (rues plus ou moins encombrées) dans différents lieux plus ou moins fréquentés (marchés, gares,...) et avec de nombreuses distractions (autres animaux, odeurs alléchantes, enfants qui jouent...).

Le diplôme

Belem porte fièrement son diplôme

Mon carnet de travail est rempli, je sais parfaitement faire tous les exercices "au bandeau" sur un trajet connu. Je vous rassure quand je dit au bandeau c'est Stéphane qui porte le bandeau pas moi!

Je suis prêt à passer mon "Certificat d'aptitude au guidage".

 Une partie concerne l'obéissance (marche au pied avec ou sans laisse, rappel, rapport d'objet, positions, "ta place" et "reste") dans un lieu que nous ne connaissons pas. (Durée: 15 à 20 mn)

 L'autre du guidage sur un parcours inconnu avec évitements d'obstacles et recherches. (Durée: 45 mn)

Les paparazzis n'ont pas été invités: concentration oblige! Stéphane porte son bandeau pendant toute la durée de l'examen. L'examinateur nous suit, il donne à Stéphane les indications sur le chemin à suivre et note mon comportement et ma prise d'initiative devant les situations problématiques.

Recherchons familles d'élevage proches de Buc (78)

Se renseigner pour devenir famille d'élevage

Novembre 2017
L Ma Me J V S D
1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30

Prochains événements

samedi 18 novembre 2017
Réunion pour les futures familles d'accueil
vendredi 8 décembre 2017
Concert
samedi 9 décembre 2017
Réunion pour les futures familles d'accueil
samedi 16 décembre 2017
Concert-Gala