Toutes les actualités

Interview de Sophie Hallé Spiers bénévole

Quelles sont les raisons qui vous ont poussée à devenir bénévole?

Je cherchais à être bénévole et c’est l’École de chiens guides de Paris qui m’a trouvée. Ce que j’aime dans cette association, c’est qu’elle est à l’écoute des bénévoles. Si vous n'êtes pas disponible, on ne vous force pas et personne ne vous fait culpabiliser. J’apprécie cette souplesse !

Pouvez-vous expliquer vos missions et votre rôle ?

Au début, je m'occupais uniquement des « convois », le transport des chiens à la clinique vétérinaire pour les vaccins, les stérilisations et autres rendez-vous. Après avoir suivi un stage à l’école avec Dimitri, l’instructeur en locomotion, j’ai commencé à faire des « détentes ». Lors de ce stage on nous a expliqué comment réagir lors de diverses situations, par exemple si un chien part trop loin nous devons informer son maître et c’est à lui de le rappeler. En nous bandant les yeux, Dimitri nous a également mis en situation de cécité. C’était vraiment très intéressant, en me laissant guider j'ai compris ce que l’on pouvait  ressentir dans les activités quotidiennes. Actuellement, je fais environ un convoi tous les 15 jours et une détente toutes les semaines. Tous les vendredis on est un petit groupe sympa de bénévoles, maîtres de chien guide et chiens, qui partent au bois de Vincennes. Si je pouvais, je ferais des détentes tous les jours, je m’éclate ! J’adore être avec les personnes déficientes visuelles et leurs chiens. Ce contact constant permet d’avoir un lien fort avec eux qui dure dans le temps.

Que vous apporte ce bénévolat au quotidien ?

Du bonheur ! Lors de ma toute première détente, la personne déficiente visuelle m’a dit merci…

On nous dit merci pour des choses naturelles et qui sont source de bonheur. C’est du bonheur de venir aux détentes du vendredi matin, de répondre aux différentes demandes de convois.

Les détentes sont un moment de partage autant avec les personnes qu’avec l’animal et on s’amuse tous beaucoup ! Les personnes déficientes visuelles ont beaucoup d’humour et d’autodérision, c’est parfois très drôle. Grâce au lien qu’on développe, on devient amis et on se voit à l’extérieur. Je me souviens d’un super week-end en Picardie avec un couple d’amis, bénévoles à l’école également, et deux amis maîtres de chiens guides. J’en garde un très beau souvenir, lorsque nous sommes arrivés tous les cinq devant la mer, la joie des chiens était aussi belle à voir que celle de leurs maîtres...

Dans mon quotidien, je me sens de plus en plus à l’aise lorsque je croise une personne déficiente visuelle. Je n’hésite plus à aller à son contact et à proposer mon aide si elle en a besoin.

Pourquoi vous orienter vers l’Ecole de chiens guides de Paris ?

Avant de rejoindre l’École de chiens guides de Paris, j’ai voulu donner du temps à des associations d’enfants malades, mais c’était très compliqué, j’avais l’impression d’entrer dans un cursus d’employée pour être bénévole. J’ai également été bénévole pour les restos du cœur mais j’ai vite été choquée par la quantité de nourriture jetée à cause des  normes sanitaires. Finalement, c’est l’École qui m’a contactée pour réaliser quelques tâches administratives au début et c’est ainsi que l’histoire a commencé.

Aujourd’hui, j’ai trouvé ma voie ! Si tout était à refaire, je serais éducatrice de chiens guides. Il m’arrive parfois de demander des conseils aux éducateurs pour ne pas aller à l’encontre des apprentissages reçus même lors de mes convois.

C’est un travail que je trouve incomparable ! tant celui des éducateurs que celui des chiens guides ou d’handi’chiens ! J’ai dans mon cercle de proches des personnes polyhandicapées et je sais qu’elles aimeraient beaucoup bénéficier de ces chiens merveilleux.

Ils ont tant d’amour à donner et à rendre, sans contrepartie…

Un souvenir ou un évènement qui vous a marqué ?

Il y en a beaucoup, ayant l’occasion de faire plein de choses différentes, aucune journée ne se ressemble !

Je me souviens particulièrement d’Eiffel ! J’ai été de ceux qui l’ont bien connu. Je l’ai amené pour faire ses radiothérapies et j’ai été très peinée quand il nous a quittés.  

Lorsque j’ai perdu mon papa, l’École de chiens guides de Paris m’a envoyé une carte de condoléances signée de tous, ça m’a beaucoup touchée. Ce que j’aime avec cette association c’est qu’elle est présente pour nous et on s’y sent bien.

Sophie bénévole pour les détentes
Chiens guides en détente